Prix des transports de Budapest

Le prix des transports publics à Budapest est quelque peu élevé. Un aller simple est un peu plus cher que dans certaines villes espagnoles comme Madrid ou Barcelone, et offre très peu de flexibilité.

Si vous comptez utiliser le métro, le tramway ou le bus pour vous déplacer, nous vous recommandons d’opter pour un forfait. Il est également important de se rappeler que les allers simples ne sont valables que pour un moyen de transport. Si vous avez une correspondance à faire, vous devrez acheter un "transfer ticket".

Aller simple 350Ft
Carnet de 10 allers simples 3 000Ft
Ticket de métro (réduit) 300Ft (trajet maximum de 3 stations)
Ticket avec correspondances 530Ft
Forfait d'un jour 1 650Ft
Forfait de 3 jours 4 150Ft
Forfait de 7 jours 4 950Ft

Même si nous vous avons déjà commenté qu’il y a des contrôleurs en permanence, et qu’ils vous vérifieront votre ticket sans exception, les amants du risque doivent savoir que les amandes peuvent coûter entre 6 000 et 16 000 forints.

Utiliser des allers simples ou opter pour le forfait ?

Sauf si vous ne comptez pas prendre les transports en commun, nous vous recommandons d’opter pour un forfait de transport correspondant au nombre de jours que vous resterez à Budapest. Les avantages sont évidents :

  • Ne pas perdre de temps en achetant les tickets.
  • Ne pas avoir à vous rappeler de valider votre ticket.
  • Utiliser les transports autant de fois que vous le désirez.
  • En résumé, éviter de possibles sanctions.

Un autre avantage : si vous achetez le forfait dans le terminal de l’aéroport, vous pourrez l’utiliser pour vous rendre dans le centre.

Forfait de 3 jours ou Budapest Card ?

Si vous souhaitez faire un voyage culturel ou voyager avec des enfants de moins de 14 ans, vous pouvez jeter un coup d’œil à la Budapest Card, car elle donne l’accès illimité aux transports publics et propose des remises pour les entrées aux principales visites touristiques, musées et thermes

Où s’achètent les tickets ?

Les titres de transport s’achètent dans l’aéroport, les stations de métro, les bureaux de tabac, les maisons de la presse, et bien sûr en dernier recours, auprès des contrôleurs.